Qui chante je suis libre comme l`air

Une seconde fois lui promette ma place. Avant la fin du jour je ne qui chante je suis libre comme l`air craindrai plus.

Et qui de ce dessein vous inspire l’envie3 ? Songez-vous dans quel sang vous allez vous baigner ? Suis-je leur empereur seulement pour leur plaire ? 2 – mon rival : Britannicus. Oui, vous l’avez dit, oui, je puis tout ici, je suis seigneur, despote2 et souverain de cette ville, je suis le podesta3 que Venise met sur Padoue, la griffe du tigre sur la brebis. Et savez-vous ce que c’est que Venise, pauvre Tisbe ? LE NOBLE – Comte de Vitepsk.

RE UBU – De combien sont tes revenus ? LE NOBLE – Trois millions de rixdales2. Il le prend avec le crochet et le passe dans le trou. RE UBU – Second Noble, qui es-tu ? LE NOBLE – Grand-duc de Posen. Je n’en demande pas plus long. LE NOBLE – Duc de Courlande, des villes de Riga, de Revel et de Mitau.

Tu n’as rien autre chose ? RE UBU – Dans la trappe, alors. LE NOBLE – Prince de Podolie. RE UBU – Quels sont tes revenus ?

RE UBU – Pour cette mauvaise parole, passe dans la trappe. LE NOBLE – Margrave de Thorn, palatin3 de Polock. LE NOBLE – Cela me suffisait. RE UBU – Eh bien ! Je vais faire lire MA liste de MES biens. Greffier, lisez MA liste de MES biens. Vitepsk, palatinat de Polock, margraviat3 de Thorn.

RE UBU – Comment, c’est tout ! Nobles, et ainsi j’aurai tous les biens vacants. Allez, passez les Nobles dans la trappe. On empile les Nobles dans la trappe.